Aménagement numérique


Les collectivités territoriales de la région Centre Val de Loire et l’État mobilisent depuis plusieurs années déjà des moyens très importants pour lutter contre la fracture numérique, c’est-à-dire faciliter l’accès de tous les territoires aux services de télécommunications. Plusieurs départements ont déployé des réseaux d’initiative publique de première génération à destination des particuliers ou des entreprises en utilisant différents outils à leur disposition :

  • le déploiement d’infrastructures radio avec les protocoles de communication Wimax, wifimax, et maintenant 4GLTE,
  • le déploiement d’infrastructures fibre à destination  des entreprises et depuis peu des particuliers avec la livraison des premières prises fibre « publiques » en Eure-et-Loire,
  • l’amélioration des capacités de transmission des réseaux cuivre avec la montée en débit,
  • le subventionnement de stations de réception satellitaires pour les locaux les plus isolés.

FibreLe GIP Recia a participé activement à l’élaboration de la SCORAN (Stratégie de Cohérence Régionale d’Aménagement Numérique) sur son volet aménagement numérique. Le GIP RECIA anime et accompagne désormais la mise en œuvre des initiatives retenues dans ce document par les différents acteurs de l’aménagement numérique régional. La SCoRAN a marqué le lancement, au niveau départemental, des schémas directeurs territoriaux d’aménagement numériques (SDAN) : SDAN 18 / SDAN 28 / SDAN 36 / SDAN 37 / SDAN 41 / SDAN 45.

Le GIP assiste la Région Centre-Val de Loire sur le plan technique pour la gestion des fonds Feder  et Feader fléchés sur l’aménagement numérique. Le GIP a notamment mis en place à cette fin un observatoire régional des télécommunications qui permettra de mesurer le nombre d’entreprises et de foyers desservis par des réseaux d’initiative publique déployés.

Plus généralement, il accompagne les porteurs dans la mise en œuvre de leur projet. Il _DSC6868organise notamment périodiquement des ateliers consacrés aux principaux enjeux du déploiement du FTTH en Région Centre-Val de Loire.  A titre d’exemple, s’est tenu le 1er avril un atelier consacré aux premiers retours d’expérience de la commercialisation des premières plaques Ftth en France. Le GIP assure une veille nationale relative aux enjeux actuels des RIP : modèles économiques, échelles des projets, nature des partenariats publics/privés utilisés, gouvernance, technologies, réglementation.

Il mène par ailleurs les études stratégiques nécessaires aux prises de décision telle que l’évaluation de la demande d’hébergement de données émanant d’acteurs publics et de l’offre de stockage de données existante sur le territoire régional ou l’étude de l’opportunité de la création d’une offre de formation aux métiers du déploiement de la fibre, à la veille du démarrage des travaux à grande échelle. Il initie actuellement une étude de l’offre existante à destination des entreprises en fonction des territoires.

Focus : le Plan France Très Haut Débit

Lancé au printemps 2013, le Plan France Très Haut débit vise à couvrir l’intégfrance-thdralité du territoire en très haut débit d’ici 2022, c’est-à-dire proposer un accès à Internet performant à l’ensemble des logements, des entreprises et des administrations. Pour atteindre cet objectif, il mobilise un investissement de 20 milliards d’euros en dix ans, partagé entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l’État.

Pour assurer que la couverture du territoire sera intégrale en 2022 et éviter le déploiement de plusieurs réseaux en parallèle, le Plan divise le territoire en deux zones :

  • Dans les grandes agglomérations et chefs-lieux de département, les opérateurs privés déploient des réseaux de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH).
  • En dehors des grandes agglomérations, les collectivités territoriales déploient des réseaux publics mobilisant plusieurs types de réseaux d’accès à Internet : FttH, amélioration des débits sur le réseau ADSL, satellite, Wimax, 4G. Propriété des collectivités territoriales, ces « réseaux d’initiative publique » proposent, comme les réseaux privés, des services aux particuliers et entreprises par des fournisseurs d’accès à Internet (FAI).

En région Centre-Val de Loire, le projet d’aménagement numérique lancé par le Conseil régional est un chantier phare dont l’objectif est de couvrir en fibre optique 100 % des habitants d’ici 2020. » Ainsi, 70 % seront reliés à la future infrastructure tandis que 30 % de la population, dans les zones rurales, disposera du « haut débit + ». L’institution entend consacrer un budget très important à cet équipement pour notamment optimiser les communications par Internet. « Nous devons intégrer le numérique comme nouvel espace de développement et d’égalité des chances, affirme François Bonneau. Le THD représente un investissement d’avenir dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la formation, des services publics, de l’économie, de la culture…. »


Les investissements publics et privés en Ftth et en montée en débit

Trois cartes permettent d’apprécier l’état d’avancement des opérations d’aménagement numérique en région Centre Val-de-Loire :

  • les  prises Ftth publiques et privées construites à ce jour,
  • la couverture prévisionnelle du département de l’Eure-et-Loir en Ftth et en montée en débit
  • le recensement des territoires où des opérations de montée en débit ont été réalisés et le décompte des prises construites.

Ces cartes sont actualisées avec une fréquence au plus semestrielle à partir des données qui nous sont transmises par les opérateurs Orange et SFR, et les porteurs de Réseaux d’initiative publique (RIP).

Le programme  d’investissement public dans le déploiement d’infrastructures Ftth pour la Région Centre-Val de Loire se concrétise avec la livraison de 25 000 premières prises en Eure-et-Loire pour la fin de l’année 2016.

Au cours de l’année 2016, le SMO « Eure et- Loire numérique a livré les 19 500 premières prises[1]  publiques de la région Centre-Val de Loire. 7 500 nouvelles prises devraient être produites pour la fin de l’année dans ce département. Le SMO « Touraine Cher numérique » a produit 6 000 prises au cours de l’année 2016. Elles seront commercialisées  au premier semestre 2017 par l’opérateur de gros retenu sur ce territoire.

L’année 2017 connaitra une véritable accélération dans la livraison des prises sur le territoire régional.
A minima 20 000 prises supplémentaires  doivent être livrées dans le départements de l’Eure-et-Loir. Au moins 10 000 nouvelles prises seront construites sur les territoires du Cher et de l’Indre. Le Département du Loiret prévoit quant à lui de réaliser plus de 15 000 prises en 2017.
Les départements du Loir-et-Cher et de de l’Indre-et-Loire préparent leurs projets Ftth. Ils espèrent entamer dès 2018 la construction de leur réseau à un rythme de livraison de 20 000 et 30 000 prises  par an.

Le déploiement Ftth privé sur les principales agglomérations de la région Centre-Val de Loire

Des conventions de programmation et de suivi des déploiement Ftth ont été signées avec les principales agglomérations régionales. Les communautés d’agglomération de Chartres et Dreux sont sur le point de signer une telle convention avec l’opérateur Orange pour le déploiement de la fibre sur leur territoire.
En octobre 2016, 109 202 prises ont déjà été déployées dans les premières agglomérations départementales par Orange, à l’exception de l’agglomération d’Orléans où c’est l’opérateur SFR qui déploie la fibre, hormis le territoire de la ville Orléans, située en zone très dense.


Agglomérations Prises raccordables Prises en cours de raccordement
BOURGES 12 515 1 097
CHARTRES 3 980 1 552
DREUX 145
CHATEAUROUX 1 825 793
TOURS 44 296 7 532
BLOIS 10 113 2 611
ORLEANS 36 473 2 751
TOTAL 109 202 16 481

Source : fichiers IPE[2]

La montée en débit cuivre : Les programmes de montée en débit s’achèvent dans tous les départements concernés 28, 37, 41, 45.

Les programmes établis dans les schémas directeurs d’aménagement numériques (SDTAN) au début des années 2010 sont en cours de d’achèvement. De nouvelles opérations de montée en débit vont être lancées dans le département du Cher et de l’Indre-et-Loire, en concertation avec les territoires concernés. Les données relatives à l’équipement en montée en débit cuivre dans le département du Loiret ne sont pas encore disponibles.


Département Nombre de lignes impactées
Eure & Loir 15 847
Indre 10 386
Indre & Loire 7 482
Loi & Cher 13 520
TOTAL 47 235

[1] Source : fichiers IPE « Eure-et-Loir numérique » transmis le 12/10
[2] Fichiers IPE Orange (transmis le 23/9/2016) et SFR (transmis le 9/9/2016 pour l’agglomération d’Orléans).